Récemment !

Toyotama Hime & Hoori

 

Toyotama Hime & Hoori, mythologie japonaise 

Hoori et Hoderi, sont les deux fils de Ninigi, le kami qui a été désigné pour développer la vie sur terre, petit-fils de la déesse Amaterasu.

Hoderi, est le frère ainé. Un pêcheur divin, pendant que le cadet Hoori est un chasseur exceptionnel. Un jour, ils décident d’échanger leur rôle, sous la pression de Hoderi, le compétiteur, et comme il fallait s’y attendre plus rien ne fonctionne. Hoori est incapable de pêcher, Hoderi incapable de chasser. Face à ce constat, les rôles sont restitués. Mais entre-temps, Hoori perd l’hameçon de son frère.

Rencontre, par Evelyn Paul, 1912.

Hoori demande à son frère pardon et lui propose le remplacement de ce dernier par un autre. Hoderi ne veut rien entendre puisque selon lui l’esprit de cet hameçon, comme celui de chaque hameçon, est irremplaçable. Hoori part alors vers la mer dans l’espoir de retrouver le fameux hameçon.

Cherchant sans relâche, il va jusqu’au fond des mers sans plus de chance sinon celle de finalement rencontrer la fille du dieu des mers Ryujin, Toyotama hime, qui lui propose son aide dans la réussite de sa quête. Avec cette aide très précieuse, et celle des poissons de l’océan, il finit par retrouver l’objet. Tombé amoureux de cette dernière, il demande sa main à son père, qui accepte sans sourciller compte tenu de la très haute ascendance de ce dernier. 

Ils vécurent ensemble heureux pendant 3 ans, jusqu’à ce que Hoori réalise qu’il doit rendre l’hameçon à son frère et demande congé du royaume des mers.  Il est fait kami de l’écume, pour cela, et prend la route, le coeur lourd de laisser sa vie dans le royaume des mers mais le coeur léger de retrouver son frère.

C’est alors que Toyotama, enceinte, sentant l’accouchement approchait se décide à le rejoindre, en compagnie de sa sœur, Tamayori Hime.

Une fois sur la terre ferme, Hoderi pardonne à son frère, pendant que le dieu des mers prépare un somptueux palace pour que l’accouchement puisse avoir lieu. Et alors que le toit était en train d’être posé, à l’aide de plumes de cormorans, la princesse commença le travail. Pendant que son mari se tenait à ses côtés, elle lui demanda de partir et lui dit :

« Quand le moment arrivera, les gens d’autres pays donnent naissance sous leur forme originelle. Je donnerais alors naissance à notre enfant sous celle-ci. Je t’en supplie, promet moi de ne pas me regarder à ce moment-là ».

Il sortit du palace mais curieux des mots qu’il venait d’entendre, et plutôt que de détourner le regard comme promis, il ne pût s’empêcher de regarder sa femme alors qu’elle mettait à bas. Horreur ! Elle s’était alors transformée en une créature des mers, aussi hideuse que monstrueuse, aux multiples bras qui glissaient autour de son estomac. Elle n’était plus sa femme, mais un horrible monstre des mers se préparant à donner naissance à leur enfant. 

Terrifié, horrifié ! Et comme souvent les kami masculin dans la tradition mythologique japonaise, lâche. Il s’enfuya. 

Le bébé venait de naître, il s’agissait d’ Ugayafukiaezu. Toyotama Hime était dans tous ses états, elle venait de donner naissance mais elle avait perdu son amour qui avait trahi sa parole. Elle décida aussitôt de rentrer dans le royaume des mers et de ne plus jamais en sortir. Abandonnant son bébé à l’attention de sa soeur Tamayori qui l’avait suivi jusque sur la terre ferme. 

Cet article vous a plu ? 

 

0 / 5 2.5

About Shinal

Avatar

A lire

La princesse Pivoine

 Le conte de la princesse pivoine, Botan Hime en japonais, également connu sous le nom …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.