Récemment !

La Bulle de #Sheya #6 : les animés qui m’ont marqués au printemps 2021

 

Cette saison encore nous a dévoilé de très bons animés ! Comme la saison passée, je vous propose une liste totalement subjective de ceux que j’ai particulièrement apprécié, en espérant vous en faire découvrir quelques-uns.

Fruits Basket: The Final

Fruits Basket c’est l’histoire de Tohru Honda, lycéenne de 16 ans, qui a une tendance à la gentillesse et à la naïveté un peu trop prononcée. Sa mère étant décédée, elle vit chez sa tante mais se retrouve à la rue lorsque des travaux sont entrepris dans la maison. Elle décide alors de vivre dans la forêt sous une tente le temps qu’ils se terminent et n’en parle à personne pour ne pas inquiéter ni embêter ses amies. Mais voilà, elle ignore qu’elle s’est installée sur la propriété de la famille Soma, qui dissimule de lourds secrets. En explorant les alentours, elle découvre la maison et y rencontre Yuki Soma, un de ses camarades de classe, et Shigure Soma. Apprenant qu’elle vit sous une tente, ils lui proposent de vivre avec eux en échange de quelques tâches ménagères le temps que la maison de sa tante soit à nouveau prête à l’accueillir. Mais Tohru va très vite découvrir la malédiction qui pèse sur les Soma : 13 membres se transforment en l’un des animaux des douze signes du zodiaque ou du chat lorsqu’une personne du sexe opposé les enlace ou qu’ils se sentent trop gênés. Tohru va alors apprendre à vivre et apprécier la compagnie de cette famille originale et aussi essayer de trouver comment lever cette malédiction.

Avec cette dernière saison, l’histoire de Fruits Basket touche à sa fin. On en apprend plus sur les liens qui unissent les douze et les secrets de la famille Soma.

En tant que grande fan du manga, je l’ai lu et relu à maintes reprises. J’adore cette nouvelle adaptation et je suis vraiment heureuse que finalement la première n’ait jamais eu de suite ! Celle-ci suit admirablement bien l’œuvre originale, le design est doux, les musiques sublimes. Bien que je connaisse l’histoire par cœur, ce style d’animation me donne quand même les larmes aux yeux et je me demande toujours « comment va rendre cette partie en animé ?! ». Un vrai coup de cœur.

Mashiro no Oto

Setsu Sawamura s’enfuit de son petit village natal après la mort de son grand-père qui l’a élevé, le légendaire maître shamisen Matsugorou Sawamura. Sur son lit de mort, Matsugorou a dit à Setsu d’abandonner le shamisen s’il voulait seulement imiter les autres au lieu de jouer à sa manière. En deuil, le lycéen se dirige vers Tokyo, espérant que la grande ville pourra l’inspirer à découvrir son propre style de jeu unique, alors qu’il est hanté par les paroles de son grand-père. Inquiète pour son fils, sa mère revient dans sa vie et l’oblige à s’inscrire à l’Académie Umezono. À l’école, il rencontre Shuri Maeda, une fille fascinée par le shamisen Tsugaru et qui souhaite interpréter une chanson que sa grand-mère a entendue il y a longtemps. Shuri crée un club de shamisen et convainc Setsu d’apprendre aux membres à jouer de l’instrument. Au fur et à mesure qu’il s’implique davantage dans le club, Setsu pourra-t-il retrouver son amour pour le shamisen et découvrir le son unique qui lui manque ?

J’adore les animés qui nous font découvrir des choses sur la culture japonaise. Alors un animé sur le shamisen, je dis oui ! En plus de nous en apprendre plus sur cet instrument extrêmement populaire au pays du soleil levant, Mashiro no Oto nous dévoile une belle histoire sur la recherche de soi et de ce que l’on voudrait devenir. Gros bonus pour le premier opening par BURNOUT SYNDROME qui nous présente un shamisen « rock ». Très bel animé à ajouter à votre liste !

Shadows House

Les Shadows, caractérisés par leur apparence d’un noir absolu et leur tendance à émettre de la suie, sont une famille de nobles qui résident dans un manoir colossal au cœur des montagnes, loin des autres humains. Lorsqu’un enfant Shadow est presque majeur, on lui attribue une Poupée Vivante. Son but : agir non seulement comme assistante de son maître Shadow mais aussi comme sa seconde moitié – les visages qu’ils auraient pu avoir sans la suie les recouvrant. Emilico est une poupée joyeuse et nouvellement créée qui sert une maîtresse nommée Kate. Malgré leur différence de personnalité, Emilico fait ce qu’elle peut pour répondre à ses besoins. Alors qu’elle en apprend plus sur son rôle et son devoir, Emilico commence à rencontrer ses collègues Poupées et leurs maîtres respectifs et en découvre davantage sur le but de son existence. “Ne pas avoir de pensées superflues”, dit l’une des règles auxquelles toutes les poupées doivent se conformer. Mais comment la curieuse Emilico pourrait-elle le faire face aux secrets profonds que détient la Maison des Shadow ?

Je vais être sincère, je ne m’attendais à rien de cet animé. Les designs plutôt banals me laissaient penser que ce serait un animé moyen, sans surprise. Quelle erreur ! Derrière cette allure d’animé tranquille qui raconte l’histoire d’une fille un peu bête et enjouée se cache un problème noir et mystérieux. Une belle et surprenante découverte à laquelle je ne m’attendais absolument pas. Chaque épisode nous prouve un peu plus que quelque chose se trame bel et bien dans le manoir des Shadow… Mais quoi ? Je vous laisse le découvrir par vous-même !

Tokyo Revengers

La deuxième année de collège de Takemichi Hanagaki a été le point culminant de sa vie. Il avait du respect, une bande d’amis sur qui il pouvait compter, et même une petite amie. Mais ça, c’était il y a douze ans. Aujourd’hui, il n’est plus personne : un raté dont se moquent les enfants et toujours obligé de s’excuser auprès de son jeune patron. Un reportage soudain sur le meurtre cruel par le gang Tokyo Manji de son ex petite amie du collège aux côtés de son frère ne fait qu’ajouter de la douleur à la blessure. Une demi-seconde avant qu’un train ne mette définitivement fin à sa pitoyable vie, Takemichi est transporté dans le passé, sur ce même jour il y a douze ans, alors qu’il sortait encore avec Hinata Tachibana. Après avoir été forcé de revivre le même jour qui a commencé sa spirale descendante, Takemichi rencontre le frère cadet de Hinata. Sans réfléchir, il admet sa mort apparente avant de revenir dans le passé. Takemichi l’exhorte à protéger sa sœur avant de se retrouver à nouveau projeté dans sa propre époque. Miraculeusement, il n’est pas mort. Plus étrange encore, l’avenir a changé. Il semble que Takemichi puisse modifier l’écoulement du temps. Ayant la chance d’empêcher la mort tragique de son ex-petite amie aux mains du Tokyo Manji, Takemichi décide de voler dans le temps pour changer le cours de l’avenir.

Une histoire où le personnage remonte le temps pour essayer de sauver ses amis. Pour le coup, pas très original. Ce qui rend cette histoire attractive et qui fait de Tokyo Revengers un de meilleurs animés de la saison, ce sont probablement ses personnages. Tous très attachants et hauts en couleur, il est presque impossible de ne pas avoir envie de voir Takemichi les sauver tous. Les évènements s’enchainent et le suspense est au rendez-vous ! Si vous ne l’avez pas encore fait, il est temps d’aller regarder Tokyo Revengers !

Et toi, tu as regardé quoi cette saison ?

Cet article vous a plu ? 

 

0 / 6 6

About Sheya-chan

A lire

My Senpai is Annoying

 My Senpai is Annoying sortira le 10 octobre au Japon, il est animé par les studios …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.