Récemment !

Le chemin de la philosophie à Kyoto

Le chemin de la philosophie à Kyoto est un parcours que tous les guides vous conseillera de visiter. Il s’agit d’un simple chemin bordant un canal qui doit son surnom à  Nishida Kitaro [1870 – 1945] professeur de philosophie qui l’empruntait quotidiennement pour se rendre en cours. 

Le chemin, suit les montagnes de l’est, higashiyama, et le chemin passe à quelques pas de plusieurs monuments d’importance que vous pouvez admirer, si le temps vous est compter ou également visiter. Long de deux kilomètres, vous pouvez le démarrer à partir du Ginkakuji, dernière étape au nord du chemin, ou du Nanzenji, dernière étape au sud du chemin. 

Etape 1. Ginkakuji. 

Plus qu’un temple, le ginkakuji, ou temple d’argent, raconte l’histoire du shôgun Yoshimasa, qui joua un rôle déterminant dans l’élévation des arts à caractère purement japonais. Il construisit le temple avec l’intention de surpasser en beauté celui de son grand père, le kinkakuji, temple d’or. Le projet fût stopper par les guerres d’Onin et la couche d’argent ne fût jamais appliqué. Il n’en demeure pas moins que le temple préserve et conserve un des plus beaux jardin sec du Japon, et qu’il est par conséquent absolument indispensable de le visiter. 

Puis vous descendrez vers le canal, le shishigatani canal, et vous apercevrez sur votre gauche le Miroku-in, que vous pouvez visiter. 

Etape 2. Le Honen-in. 

A l’honen-in vous allez poursuivre votre visite de jardin zen, puisque le temple est célèbre pour ses monticules. 

Vous reprendrez votre route, a moins de vouloir visiter les deux temples qui sont côte à côte sur la montagne, l’Anraku-ji et le Reigan-ji. Votre route se poursuivra jusqu’à l’Otoyo jinja, un petit temple shintoïste au milieu des magnificients temples de la montagne. Un arrêt en bonus. Puisque vous allez poursuivre vers un autre temple shintoïste, Le Nyakuoji jinja après avoir aperçu le Koun-ji sur votre droite. 

Etape 3. Eikan-Do

Ensemble bouddhiste qui propose une très belle vue sur Kyoto, et une statue d’Amida dans une structure relié par des corridors, vous allez y  découvrir un jolie jardin zen et un « magnifique » étang dont les couleurs vous enchanteront au momiji, et pour le hanami. 

Etape Bonus. Nomura Art Museum.

A proximité du Nanzen-ji se trouve le musée Nomura Art, fondé par un financier du nom de Nomura et qui, dans une collection de plus de 1700 objets, comprenant des costumes de Nô traditionnel, des estampes et des caligraphies, rassemblent 9 objets d’importance culturel pour le gouvernement et  7 oeuvres de propriété culturel dont la toile zen de Sesson Shûkei, nommé tempête, ci dessous. 

Etape Finale. Le Nanzen Ji 

A partir de la Sanmon, la porte colossale à l’entrée du Nanzen-ji, vous allez entrer dans ce grand ensemble à l’histoire chargée. La Sanmon, elle même fût bati en 1626 pour expier les âmes des personnes mortes lors du siège final du château d’Ôsaka qui donnera le Japon à la famille du shôgun Tokugawa. C’est également, d’après la rumeur là que le célèbre bandit : Ishikawa Goemon, se cachait. 

Sanmon, Hasui-Kawase, estampes 1930.

Mis dans l’ensemble des cinq grands temples Zen de Kyoto en 1386, le Nanzen-ji dispose d’un jardin zen dont on attribue la création à Kobori Enshu dans le Hojo. Une peinture très célèbre s’y abrite, le tigre buvant, de Kano Tanyu, ainsi que de nombreuses oeuvres de l’époque Momoyama qu’il faut absolument voir. 

le temple lui même se compose d’un bâtiment principal et de douze annexes. Il est bâti en 1264 pour l’empereur Kameyama, comme villa impériale, et il devient temple à sa mort en 1291. Il est le temple principal d’une des branches du bouddhisme Zen, le rinzai. 

Etape final, Restaurant de Yudofu au Nanzen-ji. 

 

 
Otaku Level 10, le monde Otaku.

About Shinal

Avatar

A lire

Que faire à Nagoya

Nagoya est la quatrième ville la plus peuplée du Japon. Pourtant, elle est souvent oubliée …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.