Récemment !

Sword Art Online

Bon sang que j’ai hésité à faire cet article. J’ai tellement hésité que j’hésite encore au moment où j’écris. Finalement après toute ce visionnage en bonne et due forme, et un peu aussi car cet anime m’a été recommandé à son début (à juste titre), voici donc un petit aperçu de ce qu’est Sword Art Online.

Et c'est là que cet anime s'est enterré tout seul.
Et c’est là que cet anime s’est enterré tout seul.

L’action se passe dans un futur proche, où des joueurs se confrontent à un jeu de rôle virtuel en ligne répondant au nom de « Sword Art Online » et auquel la connexion s’effectue par une interface neuronale « Nerve Gear ». Après le beta test, le jeu est lancé pour s’ouvrir à une ère où beaucoup de joueurs pourront se connecter, mais en arrivant sur cette version de production, les joueurs découvrent qu’ils ne peuvent pas quitter leur session de jeu.

Le créateur du jeu intervient alors pour leur expliquer que, tant qu’aucun joueur n’aurait atteint le niveau final et défait le boss du 100ème niveau, ils resteraient coincés dans le jeu. Aussi, s’ils meurent dans le jeu, ils meurent dans la vie réelle. La bataille pour la survie commence alors…

Commencer ainsi en mêlant l’univers des jeux vidéo et un piège habillement tendu par un créateur fou, l’idée est brillante. Comme dans Mirai Nikki, les « joueurs » sont confrontés à une puissance suprême cruelle et qui ne leur laisse qu’un seul choix: participer ou disparaître à jamais. Ce fait devient donc la routine et ce second monde une vie à part entière, « Inception » à part que le rêve est un choix délibéré du joueur. L’idée est à la mode et se plie donc parfaitement aux attentes du public (et nous reparlerons de ce point).

Adapté de light novel, Sword Art Online est donc une oeuvre se basant sur de l’existant, et ne connaissant pas les originaux je ne jugerais pas la qualité de l’adaptation. Commençons donc par une présentation rapide des personnages:

 


Kirigaya Kazuto
159377

Kirito (son nom dans le jeu) est un joueur « solo » de 17 ans, il n’a pas rejoint de guilde ou de groupe. Il a eu le privilège d’être un des beta testeurs. L’annonce de Kayaba (créateur du jeu) concernant ce jeu de la mort l’a surpris, mais il accepte très vite et se mets en quête de pouvoir afin de relever ce défi.


 Kirigaya Suguha

183725

Petite soeur de Kazuto, elle pratique le Kendo depuis 8 ans, sachant qu’elle a 15 ans.


  Yuuki Asuna

159375

Asuna est une amie de Kirito mais aussi la vice commandante de la guilde des « Chevaliers du Sang » (Knights of the Blood), une équipe composée d’une trentaine de personnes et réputée comme une des plus puissantes dans le monde de Aincrad (celui du jeu donc). Etant une des seules filles dans le jeu, et plutôt jolie de surcroît, elle est l’objet de toutes les convoitises.


Un petit tour du côté des openings (les endings se trouvent facilement) pour apprécier leur qualité. C’est tout bon jusque là.

deuxième opening:

Donc musicalement c’est vraiment pas mal, et l’ensemble de l’anime est très bien sonorisé, même si parfois on comprends pas le choix sur certains épisodes, la soundtrack du dernier épisode m’a paru assez étrange ou bien je n’étais pas assez réveillé. Bref c’est tout bon, et puis la voix de Suguha est celle de Mio (MM!) donc j’adhère à ces choix sans problèmes.

Concernant la réalisation artistique, on a aussi du très grand art puisqu’Aniplex nous a concocté une petite merveille de couleurs quand il le faut et une palette plus sombre dans les conditions nécessaires. Le ciel est beau, le voyage est immersif et clairement c’est le plus bel anime de 2012 sur ce point de vue. Alors qu’est ce qui ne va pas avec cet anime si tout est si parfait?

sao1
« Dormir dans un jeu où vous n’avez aucune activité car c’est une réalité virtuelle »

Pour tout vous dire, j’ai dévoré une dizaine d’épisodes d’affilé au début, surpris par l’idée (car c’est la première chose qui m’attire chez un anime, ce qu’il raconte) et puis… petit à petit quelque chose se passe. Cette partie dans Aincrad est loin d’être crade, on se prends au jeu et le concept est magnifique. Quelques subtilités, des retournements: on s’ennuie pas vraiment, le rythme est bon. Clairement on voit que les scénaristes ont bien bossé, mais quelque chose pointe à l’horizon de ce monde, et on aurait du s’en douter quand on commence à voir de grosses poitrines fleurir de partout. Le choix des scènes et leur cadrage s’attarde plus sur ces aspects là plus souvent. Durant tout le premier « arc », on apprécie malgré ça car il est difficile de comparer SAO à un autre anime (à part Accel World qui visiblement est assez similaire). Et vient le second arc.

Nostradamus était un petit joueur. Vraiment. Car prévoir tous les rebondissements de cet arc juste en comprenant son début, c’était une chose facile que chacun aurait pu faire. Les scénaristes sont partis en vacances, les choses partent dans tous les sens et les scènes sans aucun intérêt fleurissent de toute part. Oh et j’oubliais, ce rebondissement majeur concernant Asuna est de la pure folie scénaristique, le pire suicide d’histoire que j’ai vu dans un anime. C’est une aberration et un choix complètement irréaliste, alors que l’anime avait finit par nous faire accepter quelque chose de plutôt irréel. Si c’est une fois, on y croit, mais une seconde fois c’est un peu too much. Si la direction de cet oeuvre avait décidé d’arrêter à la moitié j’aurais crié que « cet anime est un petit bijou de 2012 en excellant partout, un anime référence dans son genre ». Mais trop de folie virtuelle tue l’appréciation réelle.

Parfois, on préférerait participer à Fort Boyard.

Et le pire dans tout ça, c’est que tout va crescendo. Plus l’anime avance, plus l’incohérence et les délires se projettent devant nos yeux ébahis qui finissent par se lasser de cette connerie. La seule chose qui pourra nous faire regarder SAO si on remarque ceci est alors juste la curiosité, comme on peut le faire pour une télé-réalité. Impensable, c’est juste un fourre-tout où les tentacules côtoient des super-ordinateurs et des cages d’oiseau. En même temps il en faut au moins un qui me déçoive par année, l’an dernier ce fût Guilty Crown, et pour les mêmes raisons Sword Art Online plonge. Mais là on est un cran en dessous, si bien que je conseille à tous les blue-ray de cet anime de s’autodétruire sur le champ.

Parlons en des bonus de ces blue-ray. Quel est leur but? Dans tous les animes que j’ai vu, les bonus avaient un sens, ici aucun. On frôle l’hérésie, cet anime a sacrifié son essence de départ sur l’autel du marketing, et en tant qu’amateur de qualité je ne marche pas à ça. J’ai même peur qu’une seconde saison se fasse, vu la fin, et vu que les personnages n’évolueront plus vraiment, je crains vraiment ce qu’elle pourrait être. Même l’anime sur les AKB48 est plus riche que cette seconde partie, car il a un message. SAO vous apprendra que vous n’êtes qu’un mouton. Et comme mouton, on ne me rase pas gratis.

Elle s’y prends mal pour les coups de boule

Donc aux amateurs d’animes de qualité, à ceux qui savent rire devant Ebichu ou Love Hina, ceux qui arrivent à pleurer devant Clannad ou AnoHana, ceux qui aiment l’action d’Evangelion ou de Claymore, je ne recommande pas cet anime. Car il n’a rien de tout ceux que j’ai cité dans sa seconde partie. Le néant, scénario zéro et personnages amorphes et complètement ahuris, et pire, si la première partie a entraîné une réaction de l’ensemble du « monde » de ce qui est raconté, quid de la seconde partie? Les gens s’en foutent? Même pas un comte de fée ni un cauchemar. Ce second arc fait que SAO ne mérite pas d’être vu, c’est un énorme gâchis. Néanmoins, car c’est ce qui va se passer, les ventes de goodies feront  que cet anime remportera un succès certain. Tant pis pour moi j’ai surement tort (-^□^-)

D’ailleurs… :

[yop_poll id= »3″]

 

 
Otaku Level 10, le monde Otaku.

About Rudovikku

A lire

La Bulle de Sheya #2 : mes recommandations shôjo

Cela fait maintenant plus de 10 ans que je lis des mangas. Je n’ai pas …

7 commentaires

  1. Je partage l’avis concernant la première partie que j’ai également trouvé génial, rythmé, pleine de bonnes idées et vraiment amusante ~ tanoshii. C’est vrai que j’ai également trouvé un temps mort assez long entre les deux moments, ou c’était un peu cucu-praline on s’aime, on va à la pêche, même si on pouvait y voir d’autres plans du jeu, c’était longuet par rapport à la première partie. Là où je ne te suis pas c’est sur la suite de SOA, quand sa soeur l’accompagne in-game, il y a vraiment d’excellent moment et une idylle impossible et incestueuse presque arrivé à terme dans l’anime – j’avais oublié mais ta critique m’a rappelé à quel point j’avais aimé cet anime finalement, qui n’est pas que gentillet mais montre différente face de l’espèce humaine et que bien entendu le personnage d’Asuna est exquis. Je trouve que c’est un très bon anime même s’il est vrai qu’il y a un côté surenchère à certain moment donné ( leur « fille » par exemple ).

     
  2. Toute façon cela reste que mon point de vue totalement subjectif, et j’ai peut-être été trop partial!

    Cependant, tu parles d’émotions dans cet anime, mais hélas je trouve que ça sonne faux de par la nature de l’histoire qui est présentée.
    En fait c’est si prévisible que ça gâche beaucoup de choses je crois. Pour qu’un anime donne de l’émotion, il faut la provoquer et pas qu’on l’attende forcément comme une « libération » après quelques épisodes.
    Avoir le potentiel d’un anime exceptionnel et finir comme ça, ça m’a mit en colère pardon ! ^^

     
  3. Merci pour cet article ! Ce n’est pas la première fois que je lis ce genre de critique. Et honnêtement, tu as totalement raison. Personnellement j’adore Sword Art Online malgré ce que les scénaristes en ont fait, ça ne changera pas. Mais une chose est sûr, ce 2ème arc n’a jamais existé, je l’ai vite oublié et essaie de ne pas y penser. Si je devais regarder une fois de plus cet anime (chose probable) je m’arrêterais à la fin de l’anime, c’est-à-dire à la fin du premier arc.
    Voilà, je ne pardonnerai jamais le manque d’inspiration et la connerie totale des scénaristes de ce presque chef d’oeuvre.

     
    • En fait en te lisant tu me donnes envie de revoir la première partie!!
      M’enfin ça fait plaisir de voir que j’ai pas été le seul choqué par le manque d’ambition de l’ensemble, merci :)

       
      • Et moi en vous lisant tous les deux j’ai envie de re-voir cette deuxième partie pour comprendre pourquoi je n’avais pas détesté !

         
        • En fait, si on prend le 2ème arc seul, ça nous donne un tout autre anime de ce qu’on a pus découvrir dans le 1er. Et peut-être que cet tout autre anime n’est pas si mauvais.
          J’ai juste ressenti une grande frustration et de la colère car je m’attendais à tout sauf ce chemin emprunté par les scénaristes. Cet anime méritait beaucoup mieux !!

           
  4. Si on prends ton hypothèse du 2ème arc, et qu’on en fait 2 animes, on a en effet deux trucs complètement indépendant (et ils auraient pu en faire deux saisons).

    D’ailleurs c’est fort probable que le manga soit divisé comme ça (on le saura si ça sort en France un jour), et ça pose un problème car bien souvent adapter un manga en anime est compliqué (obligé de condenser l’histoire etc…). Et donc l’erreur est juste un mauvais choix. Dans ce cas c’est pardonnable.

    Mais en effet comme toi je suis colère parce que j’ai versé ma ptite larme à la fin du premier arc et qu’après c’est le néant.

    Enfin l’essentiel est que ça convienne à un maximum de gens, et que les gens plus difficiles trouvent autre chose! D’ailleurs cet été un anime de grande qualité est diffusé (et me fait pleurer de rire), j’en parlerais bientôt ;)

     

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer