Récemment !

les Hiragana

Les hiragana permettent de retranscrire l’ensemble des sons de la langue japonaise. Au fur et à mesure de votre apprentissage, vous verrez que certains mots sont systématiquement écrit en kanji. Lorsque le document est à destination des jeunes générations, les kanji présentent systématiquement des hiragana, sur le côté ou en dessous, dépendant du sens de lecture, pour pouvoir lire le kanji. Ce système se nomme les furigana. Il est indispensable d’apprendre les hiragana dès que possible si vous apprenez le japonais.

Ils se caractérisent, à l’inverse des katakana, par leur forme arrondie.

Liste des hiragana

a i u e o
ka ki ku ke ko
sa  shi  su  se  so
ta chi  tsu  te  to
na ni  nu  ne  no
ha hi hu he  ho
ma  mi  mu  me  mo
ya  yu  yo
ra  ri  ru  re  ro
wa  wo
n

Ceci est la liste des caractères de base. A apprendre par cœur si vous souhaitez poursuivre votre apprentissage du Japonais. A partir de ces caractères, il va être possible de former la totalité des sons nécessaires à l’utilisation du japonais.

A partir de Ka – か on va créer le son « g » en ajoutant un double trait en haut à droite du caractère.

ga gi gu ge go

A partir de Sa – さ on va créer le son « z » en ajoutant un double trait en haut à droite du caractère. Note – le son « zi » n’existe pas.

za zu ze zo

A partir de ta – た on va créer le son « d » en ajoutant un double trait en haut à droite du caractère. Note – les sons « di » et « du » n’existent pas ( pas vraiment ).

da de do

A partir de ha – は on va créer le son « b » en ajoutant un double trait en haut à droite du caractère. Note – les sons « di » et « du » n’existent pas ( pas vraiment ).

ba bi bu be bo

A partir de ha – は on va créer le son « p » en ajoutant un petit rond (comme pour exprimer degré en français) en haut à droite du caractère.

pa pi pu pe po

Enfin il existe quelques sons composés. Note – le son « si » n’existe pas en japonais, par conséquent l’hiragana qui pourrait correspondre se lit directement « shi ». Le son « she » n’existe pas en hiragana.

Ces compositions sont crées à partir de l’hiragana « shi » + l’ajout d’un petit « ya » pour « sha », d’un petit « yu » pour « shu » et d’un petit « yo » pour « sho ».

sha shi shu sho
しゃ しゅ しょ

Le redoublement de consonne.

Pour redouble la consonne, on utilise un petit « tsu »  devant la consonne qui doit être redoublée.

exemple : « Bikkurishita » ( « j’ai été surpris » ) -> びくりした

L’allongement de la voyelle.

Les syllabes se terminant par a, i ou u, s’allonge à l’aide de la voyelle identique.

Sauf exception, rare, les syllabes se terminant par la voyelle e, s’allonge en utilisant i.
exemple : Sensê – せんせ – 先生 – maître/professeur se lit « senséé »

Sauf exception, rare, les syllabes se terminant par la voyelle o, s’allonge en utilisant u. ( Note : attention, l’allongement du « o » est très, très, courant. A bien maîtriser! )
exemple : Ikimashô – ikimashou – 行きましょう- allons y !

Vous voulez apprendre le japonais ?

Nous avons très récemment mis en place une page Facebook dédiée à cet apprentissage, cette page facebook est à destination des grands débutants, et des débutants, jusqu’au niveau JLPT4, dont je peux me charger. Elle est également ouverte aux pratiquants de langue japonaise, et aux japonais (mes amis qui apprennent le français y seront présent), qui nous aideront à mieux comprendre la langue japonaise.Nous avons également une newsletter dédiée, que nous utiliserons rarement (maximum une fois par mois) :



 

Comments

comments

Boutique-japon

About Shinal

A lire

Le bruit lorsque l’on marche sur des feuilles de Gingko au sol

Au Japon, et dans le japonais il y a énormément d’onomatopée pour désigner des sons. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *