Récemment !

Interview : Béné no Fukuoka, une blogueuse française installée au Japon !

bene01

Bénédicte est une française de 27 ans. Web designer, elle habite à Fukuoka, ville située sur l’île de Kyûshû, depuis 2012. Elle a tout d’abord effectué plusieurs voyages au Japon avant de s’y installer définitivement. Son blog, Béné no Fukuoka, retrace son périple dans un style bien à elle. La lecture de son blog nous donne tout de suite envie de la rejoindre dans sa ville dont elle vante si bien les mérites ! Elle parle aussi bien de Fukuoka que des petites choses simples de son quotidien au Japon, ce qui rend l’ambiance de ce blog très conviviale.

Plus récemment, Bénédicte a commencé une chaîne Youtube où les thèmes abordés restent les mêmes que sur son blog. Dans ses vidéos, elle parle japonais et sous-titre en anglais et français. Elles sont bien réalisées et très agréables à regarder ! On découvre sa ville et ses voyages avec elle, c’est comme si on y était ! Mais le mieux, c’est de vous montrer un aperçu avec sa première vidéo où elle se présentera mieux que je ne le ferais.

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=-dxynO7xfoA&w=560&h=315]

Bénédicte a eu la gentillesse de prendre de son temps pour répondre à mes questions, je vous laisse donc découvrir cette interview de Béné no Fukuoka !

Bonjour Bénédicte ! Pourrais-tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour ! Je m’appelle Bénédicte, j’ai 27 ans et j’habite au Japon, dans la ville de Fukuoka, depuis pile 3 ans. Je travaille en tant que directrice artistique web dans une petite entreprise japonaise de la ville. Je tiens un blog qui s’appelle Béné no Fukuoka! où je parle de ma vie à Fukuoka et où je présente ma région ainsi que plein d’autres petites choses qui me plaisent dans cette vie japonaise.

bene

Tu as déjà répondu à la question « Pourquoi le Japon ? » sur ton blog mais n’as tu pas eu un peu d’anxiété à te lancer et à décider de partir définitivement au Japon ? Ta famille et tes amis ne te manquent pas trop ?
Si je suis quelqu’un qui hésite beaucoup, j’étais vraiment déterminée à partir au Japon. Avant de m’installer à Fukuoka, j’avais déjà voyagé à de multiples reprises au Japon donc je connaissais un peu le pays. En plus, j’ai eu de la chance d’avoir des proches qui m’ont toujours encouragé et continuent de me soutenir. En 3 ans, je ne suis pas une seule fois rentrée en France. Bien sûr ma famille et mes amis me manquent mais nous restons en contact sur le net et comme je suis quelqu’un d’assez indépendant ça ne me fait pas trop souffrir. De toute façon je n’ai pas le choix, avec le peu de vacances que nous avons au Japon, je n’aurais pas le temps de rentrer pour bien en profiter.

Pourquoi as-tu décidé de créer un blog ? Pensais-tu que tu aurais autant de lecteurs en le commençant ?
Tout au début, en juin 2011, j’ai créé le blog Béné no Hitoritabi ! («hitoritabi » signifiant « voyage en solo ») dans le but de faire suivre mon cinquième voyage au Japon à ma famille, à mes amis et à mes collègues. Je suis partie quelques mois après la catastrophe de Fukushima et ça inquiétait pas mal de personnes autour de moi. De plus, j’avais arrêté mon blog perso quelques mois avant et l’envie d’écrire mon voyage me démangeait. Au fur et à mesure, j’ai pris goût au monde des blogs et comme j’avais le projet de venir y vivre après mes études je l’ai continué.
Vu que ce n’était pas du tout un blog sensé être lu par d’autres personnes que celles énumérées plus haut, je n’avais pas du tout imaginé que 4 ans plus tard j’en serais à un demi-million de visites, que ceux que je considérais comme les grands blogueurs du Japon se mettent à me suivre !

Tochoji (Fukuoka)
Temple Tôcho-ji, Fukuoka

Tu as également commencé à faire un vlog via YouTube, qu’est-ce qui t’a conduit vers ce type de support plutôt que de continuer uniquement ton blog ?
Etant donné que je ne fais que très peu de vidéos, je ne sais pas si on peut appeler ça un vlog haha.
J’ai toujours été attirée par l’univers derrière la caméra, la manière dont c’était filmé, réalisé etc… J’allais très souvent sur des tournages télé en France et si je n’étais pas partie au Japon, j’aurais fait une licence dans l’audiovisuel. Lorsque je suis arrivée à Fukuoka, mes profs m’avaient conseillé de faire des vidéos mais ça ne me tentait pas du tout de raconter ma vie devant une caméra mais ça ne me déplaisait pas trop. Et puis un jour, j’ai fait un live Youtube avec un autre blogueur du Japon et j’ai trouvé ça suffisamment sympa pour avoir envie de me mettre à faire une petite chaîne Youtube.

Qu’est-ce qui te donne envie de faire une vidéo sur un sujet plutôt qu’un autre ?
C’est une bonne question. C’est comme sur le blog : je fais selon mes envies, ce qui me passe par la tête. J’ai une liste de sujets que j’aimerais aborder que je modifie souvent, il me suffit de piocher dedans. J’ai envie de faire beaucoup plus de vidéos qu’à l’heure actuelle mais le temps me manque…

Combien de temps te faut-il pour faire une vidéo ?
Je dirais environ une vingtaine d’heures. En premier je choisis le sujet et me documente pour savoir à peu près où ce que je vais raconter. Ca me prend environ 3/4h. Ensuite je pars tourner. Vu que je fais tout toute seule et que je dois gérer la caméra, l’environnement sonore, la luminosité, ce que je raconte et ma petite personne, ça me prend environ 7 heures, en comptant les déplacements et les photos s’il y a un article avec. De retour à la maison un long travail de tri et de post-production m’attend : sélection des meilleurs plans, de la musique, montage, enregistrement de la voix off, écriture des sous-titres, création de visuels, upload et rédaction de l’article s’il y a. J’en ai aussi environ pour 8 heures.
Ca me paraît tellement énorme ! Je me dit que je dois être vraiment lente à y passer autant de temps pour « ça » alors que d’autres font 10 fois mieux .

Tu parles beaucoup de Fukuoka et de sa région sur ton blog et ta chaîne Youtube, qu’est-ce qui t’attire autant dans cette partie du Japon plutôt qu’une autre ?
C’est avant tout l’endroit où j’habite et j’en suis tombée amoureuse. Kyûshû est une région d’une richesse exceptionnelle que ce soit niveau paysages, culturel ou gastronomique. Grâce à mon travail, j’en apprends tous les jours : un festival par ici, un château par là ou encore une île aux chats !
Concernant Fukuoka, comme ce n’est pas une région connue des français, j’ai envie de montrer que si elle n’est pas aussi riche culturellement que Kyôto ou que Nagasaki, c’est un endroit charmant qui mérite aussi que l’on s’y attarde et qu’il n’y a pas « rien à faire » comme j’ai trop souvent lu sur le net. Ce qui est rigolo, c’est de voir que depuis que le blog commence à être un peu connu, des sites sur le Japon se mettent à pondre des articles sur Fukuoka alors qu’avant personne ne s’y intéressait. Il y a même une agence de voyage française qui y a déployé un correspondant spécial.

Fukuoka by night
Fukuoka by night

Quels lieux conseillerais-tu aux personnes qui viennent visiter Fukuoka ?
Il y a tellement de choses que je voudrais faire connaître ! Pour ne parler que de la ville, les temples et sanctuaires du quartier de Gion sont un bon point de départ. Il y a notamment la plus grande statue de Bouddha en bois du Japon et une expérience dans le noir intéressante à son pied. Après il y a le centre commercial Canal City et son architecture futuriste, le parc Ohori et son jardin japonais, la tour de Fukuoka etc… Il ne faut pas oublier non plus de déguster des ramens toutes chaudes et dont les nouilles sont cuites al dente.
En dehors de la ville il y a ou Dazaifu, l’ancienne capitale, Yanagawa et ses cannaux, Yame pour les amateurs de thé ou Kokura et son château.
Si vous venez faire un tour sur mon blog au début du mois d’octobre, vous pourrez des informations très précieuses pour un séjour à Fukuoka. Comme on dit ici : o tanoshimi ni !
Et ailleurs dans le Japon ? Quelle destination as-tu préférée et pourquoi ?
Je conseillerais avant tout de respecter ses envies. On est tous tellement différents et le pays est tellement grand !
Je suis active sur les forums voyage où j’aide à renseigner les futurs voyageurs au Japon et je vois trop souvent revenir des phrases comme « tel endroit est indispensable » ou «Il faut passer 7 jours à Tôkyô minimium». Il y a beaucoup de voyageurs qui postent leur itinéraire et puis renoncent à leurs envies en se laissant influencer par les goûts des autres et je trouve ça dommage. Envie de passer tout son premier séjour à Okinawa ? Envie de ne passer que 3 jours à Tôkyô ? Mais pourquoi pas ! Il n’y a rien de mal à ne pas respecter le parcours classique (Tôkyô/Kyôto) si on préfère aller ailleurs. S’il est normal de se renseigner, il est moins bien de laisser les autres décider à votre place.

Miyakojima, Okinawa
Miyakojima, Okinawa

Concernant mes endroits préférés, je n’ai pas fait tout l’archipel mais en dehors de Kyûshû, j’ai eu un gros coup de cœur pour Miyakojima dans l’archipel d’Okinawa. C’est une île paradisiaque avec des paysages à couper le souffle, une culture unique et attachante. Les habitants sont hyper chaleureux en plus : je crois que se sont les plus gentils que j’ai jamais rencontré. Une anecdote : alors que j’étais à 6km à pieds de l’arrêt de bus le plus proche, j’ai demandé à un commerçant si il pouvait m’appeler un taxi comme je ne connaissais pas les numéro sur l’île. A la place, il a appelé un ami qui a fait le trajet exprès pour venir me chercher et finalement me ramener en ville. Qui voudrait faire 25km exprès pour venir chercher une inconnue ? J’ai été très touchée.
Autrement, j’ai adoré Matsumoto dans la région de Nagano. En plus du château, la ville est agréable et il y a surtout de superbes paysages dans les alentours. Deux endroits favoris: la ferme de wasabi à Azumino et la ville de Suwa pour sa superbe vue sur le Mont Fuji.
Niveau nourriture, quel est LE plat que tu préfères au Japon ?
J’en change tout le temps ! En ce moment j’adore les dorayaki avec du fromage frais dedans. On en trouve à la gare d’Hakata et même si c’est un mélange surprenant, les haricots rouges et le fromage se marient très bien et c’est délicieux.
Plus simplement, un bol de riz avec une soupe miso et un poisson, grillé ou cru, et je suis la plus heureuse du monde.
Tu es une grande collectionneuse d’objet kawaii, d’où te vient cette attirance ?
Je crois que je suis tout simplement restée une grande enfant et que je n’ai pas peur d’afficher ma passion pour les objets kawaii, malgré mon âge ! Il faut dire que c’est tellement plus facile au Japon. Mais c’est dur de définir ce qui est kawaii. Avant je pensais que c’était juste avoir des objets Hello Kitty et un appartement en rose et blanc. Maintenant j’ai l’impression que le sens du mot kawaii se transforme ou au moins s’affine petit à petit : je n’ai plus envie de n’avoir que des objets représentant des personnages, je trouve aussi bien kawaii des coussins macarons qu’un joli imprimé traditionnel japonais. Après je collectionne toujours les miniatures de cuisine Rilakkuma !
Et pour terminer, aurais-tu un ou des conseils à donner pour une personne qui voudrait comme toi, se lancer dans l’expérience japonaise ?
Il faut avant tout bien réfléchir à son projet et bien le préparer. Partir sur un coup de tête ou sans prévoir l’après est la pire des erreurs. Ne pas hésiter à attendre pour voir son rêve se réaliser : finir ses études, passer un diplôme, se faire une expérience pro. Tout cela ne pourra être que du plus une fois sur place. Une fois que tout est prêt, il n’y a plus qu’à foncer !

Noniyama (Fukuoka)
Temple Nomiyama, ville de Sasaguri, Fukuoka

Retrouvez Béné sur les réseaux sociaux :

Comments

comments

Boutique-japon

About Sheya-chan

A lire

Les Funaya à Ine | habitat traditionnel

Les « funaya » dans la village d’Ine , préfecture de Kyoto, sont célèbres à travers tout …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *