Récemment !

La princesse Bambou

Il était une fois, un vieux coupeur de bambou et sa femme. Ils étaient des gens humbles, modestes, avec un grand coeur, et bien qu’ils n’étaient pas très riche, ils avaient tout ce qu’ils désiraient à l’exception d’un enfant. Un jour, alors qu’il rentrait de sa journée de coupe, il aperçut au loin une pousse de bambou qui scintillait alors même que la pénombre s’installait dans la forêt. Intrigué, il s’approcha, et ouvrant le morceau de bois, apparut une radiante petite fille de la taille d’une fée, et d’une beautée enchanteresse. Il décida de la ramener à la maison, et avec sa femme devinrent ses parents adoptifs.

Les années passèrent et la jeune fille devenait la plus douce, et la plus belle des jeunes filles de tout le Japon. Et quand il fût temps de lui donner un nom, ses parents l’appellèrent la « princesse bambou », parce qu’elle était née dans un bambou et qu’elle était plus belle qu’une princesse. Le mot de son existence se répandit dans tout le pays, et ainsi, cinq prétendants, tous princes, se présentèrent dans le lieu isolé où elle vivait pour demander sa main. Le seul problème : la princesse bambou ne voulait pas se marier

Elle désirait rester seul, avoir une vie simple dans les bois avec ses parents. Ainsi, elle vint avec un plan brillant pour repousser ses prétendant, en demandant des objets déraisonnables pour lui offrir l’opportunité de refuser le mariage.

Kaguya Hime 1600-1700

Au premier prince, il lui fut demandé de ramener le bol de pierre du grand Bouddha d’Inde. Il échoua.

Au second prince, il lui fut proposé de ramener une branche de l’arbre au joyau sur la montagne flottante de Horai. Il échoua de même.

Le troisième prince devait lui faire une robe à partir de la peau du légendaire rat de feu.

Quand au quatrième prince son devoir était de ramener le coquillage magique que des hirondelles cachent dans leur nid.

Ces deux derniers échouèrent, également, ce qui nous ramène au cinquième prétendant, le prince Lofty, à qui il fût demandé de ramener le grand joyau qui est autour du cou du roi dragon Ryun-ji.

Le prince Lofty

Le prince Lofty était celui qui allait ramener le joyau du dragon et qui allait épouser la princesse bambou. C’était une évidence pour lui qui était aussi fanfaron qu’il n’était lâche. Bien qu’il avait l’intention de ramener le joyau, il n’avait pas celle d’aller le chercher lui-même !

Il appela l’ensemble de ses serviteurs et de ses soldats et leur expliqua son objectif. Il leur donna l’argent nécessaire pour leurs besoins et leurs demanda de partir sur le champ et de ne pas revenir avant d’avoir accompli leur mission.

Les hommes prirent l’argent, et s’en allèrent mais ne trouvèrent pas le joyau du dragon. Pourquoi d’ailleurs devraient-ils encore s’en soucier ? A vrai dire, ils ne croyaient pas qu’une telle pierre existait et que même si c’était le cas, ils ne pensaient pas que le vieux dragon était du genre à laisser son précieux partir allègrement. L’argent qu’ils avaient obtenu comme défraiement était largement suffisant pour démarrer une nouvelle vie. Ce qu’ils firent sans même avoir eu besoin de se consulter. 

Pendant ce temps-là, sûr de son fait, le prince Lofty faisait construire un palais pour la princesse. Il ne doutait pas un seul instant qu’il pouvait échouer, et par conséquent, il se préparait à la recevoir. Il n’y a jamais eu de lieu aussi beau dans l’ensemble du pays auparavant. Tous les bois furent laqués, sculptés, ou agrémentés de pierres précieuses et de feuilles d’or. Les murs étaient recouverts de soie peinte par les meilleurs artistes du monde connu. Un chef d’oeuvre architectural. 

Le château ainsi finit, il n’avait plus qu’à attendre le retour de ses hommes avec la fameuse pierre.  Il attendit, il attendit, et il attendit encore. Une année entière s’était écoulé, puis, énervé, il se décida à y aller lui-même.

Il appela le reste de ses serviteurs, ceux qui n’étaient pas partis et qui lui restaient loyaux, pour lui faire préparer un bateau. Ces derniers étaient effrayés lorsqu’ils comprirent les intentions du prince.

« Lâches ! » cria le prince Lofty. « Lâches ! Regardez-moi. Apprenez à être brave comme je le suis. Pensez-vous que je puisse avoir peur d’un quelconque dragon ? »

Ainsi, ils prirent la mer, et tout allait pour le mieux l’espace de trois jours. « Ne voyez-vous pas que le dragon a peur de moi ? » fanfaronna le prince. Ce même soir, une tempête éclata. Le bateau fût frappé de plein fouet, valdinguant dans la violence des vagues qui se jetaient sur le pont. La pluie paraissait tel un torrent venu des nuages pendant que le tonnerre grondait de tout son souffle et que les éclairs offraient de précieux, mais terrifiants, instants de lumière.

Le « courageux » Prince Lofty était sûr que le bateau allait couler. Si ce n’était pas sa destruction, alors les éclairs le tueront. Il était persuadé dans les deux cas d’y laisser sa vie.

Il se replia dans les cales du navire, malade de la mer qu’il était. Il supplia le pilote et les autres hommes qui l’accompagnaient de lui sauver la vie. Il les harangua par la suite « Pourquoi donc m’avez-vous mené ici ? Voulez-vous me voir mort ? Est-ce là toute l’affection que vous avez pour votre prince ? Sortez-moi de la tout de suite, ou je devrais vous tuer d’une flèche avec mon large arc. » 

Les hommes eurent du mal à retenir leur rire parce qu’évidemment ce n’était que de sa propre faute si ils avaient dû prendre la mer. Et surtout pour ce qui était de se faire tirer dessus comme ils savaient que le prince était incapable de tirer un flèche, et encore moins de bander un arc.

Le pilote répondit : « Mon prince, cela doit être le dragon qui a envoyé la tempête. Il  a probablement entendu ce que vous avez dit à son propos et que vous alliez le tuer et lui voler son joyau. Vous devriez peut-être lui promettre que vous ne le blesserez pas et ainsi, fera-t-il preuve de mansuétude et nous laissera la vie sauve.

Source.

Le Prince promis aussitôt qu’il abandonnerait sa quête si la tempête se calmait et qu’il ne toucherait jamais au dragon, pas même à un poil.

Après un instant, coïncidence ou lien ?, la tempête cessa, et ainsi les éclairs, et ainsi les vagues. Le prince Lofty était cependant encore trop malade pour comprendre ce qui venait de se passer jusqu’à ce que finalement il pose un pied sur terre. Il se posa contre un arbre et il promit solennellement que maintenant qu’il avait quelque chose de solide sous ses pieds il ne bougerait plus, même pas pour 100 princesses. Ainsi il passa le reste de sa vie sur cette île lointaine. Le palais merveilleux qui avait été construit pour la princesse devint celui des chauves-souris et des hiboux.

La fumée du Mont Fuji

Les années passèrent et la princesse prenait toujours soin de ses vieux parents. Ils commençaient à devenir vraiment vieux.

La princesse bambou ou princesse Kaguya vue par Ghibli (c)

Maintenant, ils comprenaient pourquoi elle avait demandé aux 5 princes d’accomplir des tâches impossibles. Elle souhaitait vraiment restée auprès de ses parents, et elle savait que si elle refusait simplement de les épouser, ils auraient pu se mettre en colère et faire du mal à ses parents.

Chaque jour, elle devenait plus belle et plus douce encore.

Lorsqu’elle eut 20 ans, ce qui était vieux pour une japonaise à la maison, sa mère mourut, elle sembla alors devenir très triste. Chaque fois que la lune blanchissait la terre de sa douce lumière, elle partait faire un tour, toute seule, pour pleurer. Un jour, elle était au balcon, regardant la lune, et son son cœur semblait sur le point de se briser.

Son vieux père vient auprès d’elle et dit : « Ma fille, dis-moi ce qui te préoccupes. Je sais que tu as essayé de me le cacher pour m’éviter d’avoir à en souffrir également, mais il me tuerait de continuer à te voir si triste et de ne rien pouvoir faire pour t’aider.»

La princesse dit, « je pleure, très cher père, parce que je sais que très bientôt je dois m’en aller. Ma maison est sur la lune. J’ai été envoyé sur terre pour prendre soin de vous, mais maintenant, le temps est venu où je dois partir. Je n’ai pas envie de vous quitter, mais je dois. Quand la prochaine pleine lune viendra, alors ils enverront quelqu’un pour moi.»

Son père fut en effet meurtri de l’entendre mais il répondit : « Pense tu que je laisserais quelqu’un venir et t’enlever ? J’irais chez l’empereur lui-même demander son aide. »

« Cela ne servirait à rien. Personne ne peut agir lorsque le temps sera venu. » Répondit-elle, visiblement résignée, et toujours aussi triste.

Malgré ses dires, son père s’en alla chez l’empereur pour lui conter toute l’histoire. L’empereur fut touché par l’affection de la jeune fille pour ses parents. Et il promit que lorsque le jour serait là, il enverrait une grande armée pour protéger la maison.

Le vieux coupeur de bambou rentra à la maison le baume au cœur, persuadé qu’avec un appui aussi puissant il parviendrait à garder sa fille près de lui mais lorsqu’il rentra pour lui annoncer la nouvelle, la princesse était plus triste que jamais.

La vieille lune disparaissait. Quelques nuits ne montraient que le bleu du paradis, et l’or des étoiles. Puis une petite menace argentée se pointa après le coucher du soleil. Chaque nuit nouvelle la lune s’élargissait, et sa lumière se faisait plus pressante. La tristesse de la princesse s’accrut encore un peu plus.

Se souvenant de sa promesse, les hommes de l’empereur par centaines campèrent à proximité de la maison et sur le toit de celle-ci, avec une telle garde, personne ne pouvait espérer rentrer.

La première nuit de pleine lune arriva. La princesse attendait sur son balcon que la lune monte dans le ciel. Lentement au-dessus des arbres sur la montagne, s’éleva l’astre d’argent. Chaque son se fit de plus en plus silencieux, à mesure que le verdict de la prophétie s’approchait.

La princesse s’approcha de son père, il était étendu comme si il dormait. Lorsqu’elle s’approcha de lui, il ouvra ses yeux. « Je vois maintenant pourquoi tu dois partir » dit-il. « C’est parce que j’y vais aussi. Merci, ma fille, pour toute la joie que tu nous as apporté ». Puis, il ferma les yeux, et laissa entendre son dernier soupir. Elle vit qu’il était mort.

La lune monta au plus haut du ciel, lorsque soudain, un pont de lumière apparût rejoignant le paradis et la terre. Glissant de ce chemin arrivèrent des troupes nombreuses de soldats dans des armures brillantes. Il n’y avait pourtant ni bruit, ni souffle de vent, mais ils étaient là. Les soldats de l’empereur restèrent debout, sans mouvement, comme si ils avaient été changés en statue, et la princesse vint à la rencontre du leader de ces visiteurs.

« Je suis prête » dit-elle. Sans mot ajouté, il lui fit parvenir une petite coupe. Elle le but en silence. C’était l’eau de l’oubli. Sa vie sur terre disparut. Elle était une fois encore, une jeune fille de la lune et vivrait pour toujours.

Le leader posa gentiment un manteau de neige-blanche sur ses épaules, et ses vieux habits terriens disparurent aussitôt.

100 aspects de la lune, Tsukioka Yoshitoshi.

S’élevant comme la brume qui s’élève au-dessus du lac, le cortège passa lentement sur le sommet du Mont Fuji, la montagne sacrée du Japon. Poursuivant sa route, au travers de la lumière de la pleine lune, ils arrivèrent sur la ville de lune, là où tout est paix et joie.

Les hommes continuent à dire jusqu’à maintenant lorsque un nuage de fumée se trouve au-dessus du cratère du Mont Fuji que ceci est un pont vers cette ville féérique loin dans le ciel.

NOTE
L’histoire est célèbre au Japon pour être un des premiers écrits, elle date en effet du Xe siècle. Source : world library / sacred text

 

Chaque semaine, un nouveau conte japonais est disponible sur le site du Japon. Retrouvez ces contes ici .
 
Otaku Level 10, le monde Otaku.

About Shinal

A lire

Le chat vampire de Nabéshima

Le prince de Hizen, un membre distingué de la famille Nabeshima, s’épandait dans le jardin …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer