Récemment !

le Kenrokuen de Kanazawa

 

Le Kenrokuen (兼六園) de Kanazawa fait parti des trois grands jardins du Japon. Son nom signifie : le “jardin des 6 sublimités”, se référant à l’espace & la solitude, l’artificialité & l’antiquité, l’eau abondante & les panoramas, qui, selon la théorie du paysage chinois sont les six attributs essentiels qui composent un jardin parfait. Ce nom lui a été donné par Sadanobu Matsudaira.

Vue du Kenrokuen
Kenrokuen par par Ken – licence creatives commons 2.0

Ouvert au public depuis le 7 mai 1874, le jardin Kenrokuen est considéré comme l’un des plus beaux du Japon ! Il est d’ailleurs l’un des trois plus célèbres jardins de contemplation du pays et respecte les 6 principes fondamentaux du jardin idéal aux yeux des japonais : subtilité, fraîcheur, sérénité, vénérabilité, panorama et espace.

Il abrite plus de 160 espèces et variétés de plantes, représentant plus de 8 000 arbres et arbustes, ce qui le rend magnifique en toute saison. Il est particulièrement apprécié au printemps avec la floraison de ses pruniers et à l’automne avec le changement de couleur des feuilles. Au milieu du jardin se trouve un étang artificiel, Kasumiga  ike, et on peut y voir le symbole du jardin : une lanterne à pieds courbes de longueurs différentes.

Se situant à côté du château de Kanazawa, c’est une visite à ne pas manquer si vous vous promenez dans la ville historique de Kanazawa

Histoire du Jardin. 

Avant le jardin, de nombreuses facilitées furent développées par la famille régnante sur la ville, de la lignée des Kaga.

En 1583, Maeda Toshie, le fondateur du domaine Kaga, fait une entrée triomphale au château de Kanazawa , le temple de la famille, “le Hoenji” et le lieu de pèlerinage appelé “Hachakuji” furent construit sur la plaine menant au plateau de Kodatsuno. En 1620, soit, une trentaine d’année plus tard, Toshie relocalise les temples pour se servir du site comme résidence pour ses 7 vieux serviteurs. C’est à cette période que le seigneur local y créa une école. 

le “renchi-tei” était un lieu aimé de la lignée des seigneurs.

La création du Kenroku-en commença par le terre plein faisant face au château. Le 5e seigneur, Tsunanori, relocalisa la construction afin de construire une villa pour lui-même sur le site et développer le jardin autour de celle-ci. Le jardin fût appelé “Renchi-tei” à ce moment là. Le lieu fût alors utilisé pour différents banquets et occasions, comme regarder la lune, ou s’émerveiller de la couleur des pruniers. Le Renchi-tei était profondément aimé des seigneurs et des serviteurs mais il brula en quasi totalité lors des grand feux de 1759 qui s’abattirent sur le lieu. C’est le 11e seigneur Harunaga qui restaura le jardin. 

Avec l’ajout des chûtes de Midori-taki, la maison de thé Yugai-tei, en 1774, et la maison de thé Uchihashi-tei, en 1776, le développement du jardin fût complet. 

Photo Marufish – licence creative commons 2.0

le “chitose dai” change au travers des différents désirs des seigneurs.

La partie supérieur du Renchi-tei appelée “Chitose-dai” connue de nombreux bouleversements en fonction du désir des seigneurs en place. Alors que Harunaga y construisit des écoles “Meirindo” et “Keibukan” en 1792, après sa mort son héritier déplaça les écoles pour y établir sa propre villa “Takezawa Goten” – en 1822. La même année, le jardin pris le nom de “Kenroku-en” par décision du seigneur du domaine de Shirakawa, Matsudaira Sadanobu. 

A la mort de l’héritier, la villa et ses batiments comptaient 200 chambres sur plus de 13000 mètres carré. Noriyasu, le nouveau seigneur du domaine déplaça la villa et restaura le site. Ce fût complété en 1851 par l’extension de l’étang et la plantation de nombreux arbres puis en intégrant le Chitose-dai au Renchi-tei, le jardin s’aggrandit significativement. 

Photo par Lilac and Honey – licence creative commons 2.0

A la restauration de Meiji, Du jardin des seigneurs à celui du peuple.

Le Kenroku-en fût totalement ouvert au public en 1874. Un monument à la gloire de Meiji fût érigé en comémoration des guerres du sud Japon qui ont eu lieu en 1880. En 1922, le parc fût désigné Site National à la beauté scénique dès 1922 puis, en 1985, élevé au rang de site national à la beautée scénique spécial, lui conférant le statut équivalent à celui de “trésor national”.  Le jardin s’est depuis dôté de l’étang “Hase-Ike”, les deux maisons de thé furent déplacées et reconstruites pour permettre cette extension. Deux courants furent également ajoutés permettant d’enrichir l’ensemble du jardin. 

La gratuité fût pratiquée jusqu’aux années 1970, puis sa visite devint payante afin de permettre au parc d’être dignement entretenu. 

Pont au  Kenrokuen de Kanazawa

Horaires d’ouverture du Kenrokuen :

  • De mars à septembre : de 7h à 18h, 7 jours/7
  • D’octobre à février : De 8 h à 16h, 7 jours/7

Prix : 310 yens (adultes), 100 yens (de 6 ans à 18 ans), gratuit pour les personnes de 65 ans et plus

Adresse : 1 Kenrokumachi, Kanazawa, Ishikawa 920-0936, Japon

Que faire à Kanazawa

Site officiel.

Cet article vous a plu ? 

 

0 / 5 4.33

About Shinal

Avatar

A lire

Que faire à Nagoya

 Nagoya est la quatrième ville la plus peuplée du Japon. Pourtant, elle est souvent oubliée …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.