Le jardin japonais

Le jardin Japonais, d’aujourd’hui, né des influences shintoïstes attachées à l’amour de la nature, et des influences bouddhistes, avec notamment l’image du paradis bouddhique, que les premiers jardins vont retranscrire. Mis à disposition du public, il existe quatre types différents de jardin. Deux sont sujets à la promenade, les jardins de thé et les jardin-promenade. Deux sont destinés à être observé d’un point fixe à la manière d’une toile: les jardins de paradis et les jardins sec. Tous ont en commun de proposer la création d’un microcosme où les pierres, l’eau et les arbres se mêlent afin d’offrir un paysage miniaturisé, idéalisé et symbolique.

L’art du Jardin n’a été introduit au Japon qu’au VIe – VIIe siècle de notre ère, vraisemblablement depuis la Chine ou depuis la Corée qui s’était elle-même inspiré du savoir faire chinois en la matière. C’est à la période de Nara que l’on voit les premières traces de jardin.

Importé de Chine et de Corée, l’art des jardins se japonise très vite. Les rochers et les étangs qui étaient sacré dans le Japon d’alors, au moins un millénaire avant l’introduction de l’art du jardin, vont s’y intégrer. Le nihongi explique que dans les croyances populaires on considérait que les arbres, les plantes, et les pierres étaient autrefois doués de parole et de violence. Les premiers architectes de jardin japonais s’inspirent des croyances préalables pour familiariser leur création avec le public local. Ainsi, dès le commencement, les pierres, iwa kura, et les étangs, kami ike, deviennent un nécessaire à la construction du jardin japonais.

Iwa Kura

Les iwa kura désigne des sièges rocher, ce sont des pierres qui sont considérées comme siège des esprits. Pour marquer leur respect, les japonais entouraient ces pierres d’une corde, shimenawa, et ils procédaient à une purification du lieu en le nettoyant, puis plus tard en le recouvrant d’une couche de sable ou de gravier. L’aire ainsi constitué s’appelait kekkai, zone frontière, séparant le monde profane, de celui des kamis.

Iwa Kura célèbre, Meoto Iwa dans la préfecture de Mie, (sce image Wikipedia).

Tout d’abord, strictement lié à l’état naturel, les Iwa kura vont petit à petit bénéficié d’un travail humain visant à établir deux rochers côte à côte ou des cercles de pierre. Une des plus célèbres Iwakura en dehors d’un jardin sont les Meoto Iwa dans la préfecture de Mie.

Kami Ike

Dans la croyance shintoïste, les étangs servent de demeure aux kamis. Source de vie, l’étang est profondément respecté. Il était ainsi déjà courant de transformer des espaces d’eau en lac sacré, sans pouvoir faire la distinction entre le travail de planification humaine, et celui naturel. Puis des îles étaient construite sur l’étang, l’île sacré servant de demeure aux kamis. C’est de ces images de reproductions que s’inspirent les jardins japonais.

Etang sacré dans la nature, Source image – Onlynativejapan

L’île centrale. 

L’île centrale des jardins étangs de l’époque Heian était reliée par des ponts de couleur vermillon qui servaient de passerelle entre le monde des hommes et celui des kamis qui siègeaient sur l’île. 

Ile au milieu du lac, pavillon d’or, Kyoto

Les premiers jardins au Japon. 

D’abord l’oeuvre d’un influenceur coréen, Michiko Takumi, en voyage au Japon, puis l’histoire retiendra que le japonais Soga no Umako a réalisé son jardin ainsi que le poète Otomo no Tabito qui aménagea un jardin avec son épouse.

Les Différents types de jardin japonais

le jardin de paradis

Le jardin de paradis évoque la terre pure bouddhiste. Ce type de jardin joue du paysage extérieur pour l’intégrer dans un ensemble global. Les pierres, disposées avec art créent l’illusion d’îles et de paysages rocheux. Ils s’observent d’un point fixe. Le jardin de paradis le plus célèbre du Japon est celui du Mōtsū-ji [毛越寺] à Hiraizumi, dans le Tohoku.

Source image Zekkei Japon

Le jardin sec

Fortement attaché aux temples bouddhistes zen, ce type de jardin dispose avec soins de pierre dans une étendue de sable ratissé. Son initiative est d’inviter à la méditation. Les cônes de sables évoquent, par exemple, les vagues caressées par la lune. Le jardin zen dans la cour intérieur du temple Ryoan-ji à Kyoto est un modèle du genre.

Le jardin sec est considéré comme un jardin typiquement japonais

Jardin promenade

Très prisé lors de l’ère Edo et initié par les daimyos, le jardin des promenades propose des perspectives. Tour à tour dévoilées ou cachées, dans ce type de jardin la surprise doit pouvoir naître à chaque pas.

Les trois grands jardins (三名園 ) du Japon sont dans ce style : le Korakuen à Okayama, le Kenrokuen à Kanazawa, le Kairakuen à Mito.

Koishikawa korakuen au printemps par Mak Hussain

Initialement conçu à l’initiative des seigneurs féodaux, eux-mêmes, pour leur propre relaxation, ils sont aujourd’hui pour la grande majorité d’entres eux ouvert au public. 

Le jardin de thé

Jardin composé d’un sentier, le roji « chemin de la rosée », parfois en pierre, bordé de plantes taillées, il est le chemin qui mène du monde profane à celui de la cérémonie du thé traditionnelle. Extrêmement important pour que la cérémonie de thé puisse se dérouler avec le vide et la concentration des visiteurs. Sen no Rikyu mis au point l’ensemble des pratiques encore d’usage aujourd’hui. 

Le jardin de thé japonais dans sa forme actuelle a été conçu par Sen no Rikyu afin d’être apte à supporter l’univers de la cérémonie du thé. Hautement symbolique, Il est censé recréer le chemin de montagne qui mène vers la hutte du maître de thé dans un espace extrêmement restreint. 

Poursuivre : voir des jardins japonais

 
Boutique-japon

About Shinal

A lire

Ôkunoshima, la célèbre île aux lapins !

Tout le monde a déjà entendu parler de cette fameuse île où des centaines de lapins …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer