Oshibori

Parmi les petites choses de l’hospitalité japonaise, dite “omotenashi”, qui la rende spécial, l’oshibori a toute sa place. Lorsque vous entrez dans un restaurant, il suffit d’attendre quelques secondes pour que l’on vienne vous apportez du thé vert, chaud, et un “oshibori”[おしぼり], une petite serviette humide et chaude afin que vous puissiez nettoyer vos mains et votre visage. Une petite attention qui fait partie de la vie courante au Japon et où le client est vraiment traitée comme un roi à grand renfort de “irrashaimase” pour lui souhaiter la bienvenue [Voir les salutations en japonais.]

Serviette chaude sur un reposoir en bambou.
Sur un reposoir en bambou.

Origine de l’oshibori

La pratique de l’oshibori remonterait plusieurs centaines d’années en arrière lorsque les familles proposaient à leurs invités des vêtements humides, afin qu’ils se rafraîchissent. Petit à petit, par souci pratique, l’habit alors proposé est devenu une simple serviette de coton humide. Cette pratique est très largement répandu de nos jours et vous la rencontrerez dans la plupart des restaurants où vous irez au Japon.

Oshibori et verre de thé.
Oshibori et verre de thé.

Cet article vous a plu ? 

 

0 / 6 6

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cet article a 4 commentaires

  1. Pompidou

    Comment est-il possible de faire autant de fautes d’orthographe dans un si petit article ?

     
    1. Shinal

      Bonjour, c’est une rythmique. Tout d’abord, il vous faut passer au moins une heure par jour à lire des commentaires (facebook peut être utile) , vivre dans un pays étranger non francophone pendant 5-6 ans, et essayer de strictement privilégié le fond sur la forme.

       
      1. Rami

        Du coup où est le fond….mais aussi la forme?