Récemment !

La femme des neiges, Yuki Onna.

Mosaku et son apprenti promenaient dans la forêt, à quelques kilomètres de leur village. C’était une nuit froide quand ils approchèrent de leur destination, et vu en face d’un une rivière glacée. Ils désiraient traverser la rivière, mais la personne qui faisait la traverse était déjà partie, laissant le bateau de l’autre côté, et comme le temps n’était pas suffisamment clément pour que cette traversée se fasse à la nage, ils étaient contents de trouver la petite cabane du passeur.

Mosaku s’endormit presqu’immédiatement après être entré dans cette humble mais confortable demeure. Minokichi, cependant, resta debout longtemps écoutant les pleurs du vent, et les gémissements de la neige qui semblaient frapper contre la porte.

Minokichi s’endormit finalement, pour être rapidement réveillé par une chute de neige qui tomba sur son visage. Il trouva la porte grande ouverte, et debout devant la porte se tenait une femme toute vêtu de blanc.

Illustration de Yuki-onna par Sawaki Suushi.

Elle resta un moment ainsi, devant la porte, puis elle s’allongea près de Mosaku, son souffle ressemblant à de la fumée blanche qui imprégnait le visage de ce dernier. Après être resté ainsi pour une minute ou deux, elle se retourna vers Minokichi et se mise sur lui. Il essaya de crier, il sentait le souffle de cette dame qui était comme un souffle glacial. Elle lui dit qu’elle avait voulu le traiter de la même manière qu’elle l’avait fait pour le vieil homme, mais qu’elle ne l’avait pas fait pour préserver sa jeunesse et sa beauté, le menaçant cependant de mort si il avait le culot de mentionner ce qu’il a vu à qui que ce soit avant de disparaître.

Minokichi appela son maître bienaimé, « Mosaku, Mosaku, réveille-toi ! Quelque chose de terrible vient d’arriver ! » Mais il aucune réponse ne se fît entendre. Il toucha la main de Mosaku dans le noir. Elle était comme un morceau de glace. Le vieil homme venait de passer de vie à trépas.

Le lendemain le jeune homme rentra au village avec le corps. Le village tout entier était triste d’apprendre la mauvaise nouvelle, et il eut droit à des obsèques glorieuses compte tenu de sa condition. Lorsqu’on lui demandait ce qui était arrivé à Mosaku, il répondait simplement qu’il l’avait retrouvé sans vie au levé.

L’hiver suivant, alors que Minokichi rentrait chez lui, il croisa, par chance, la route d’une jeune et jolie voyageuse du nom de Yuki. Elle lui dit qu’elle allait vers Yedo, où elle désirait trouver une place de servante. Minokichi était sous le charme de la fille, qui ne l’aurait pas été à sa place,  et il se sentant ragaillardît il parvint à lui demander si elle avait quelqu’un. Elle répondit qu’elle n’avait personne, il la ramena alors vers son propre village plutôt que de lui laisser poursuivre sa route et il ne fallut que peu de temps pour qu’il lui demande sa main.

Ils vécurent ensemble, heureux, pendant longtemps.

Yuki honora même son mari avec dix beaux enfants, plus blanc de peau que de moyenne. Quand la mère de Minokichi mourût, ses derniers mots étaient en direction de Yuki, et l’éloge de cette femme fut reprise par de nombreuses histoires à travers la région.

Une nuit, pendant que Yuki cousait, calmement, éclairer par la lumière d’une lampe Washi, son visage reluisait, et c’est alors que Minokichi se rappela du souvenir de l’expérience extraordinaire qu’il eut dans la cabane du passeur cette soirée-là, la vie lui permettant d’en avoir fait le deuil.

« Yuki » dit-il. Elle se tourna vers lui et fît montre qu’elle était à l’écoute,  « Tu me rappelles beaucoup une très belle femme blanche que j’ai vu lorsque j’avais 18 ans. Elle tua mon maître ce soir-là de son souffle glacé. Je suis certain qu’elle était une sorte d’esprit, et à la lumière de cette lampe, j’ai eu l’impression étrange qu’elle te ressemblait ».

Yuki jeta à terre son tissu d’un geste sec, presque violent et un horrible sourire galvaudait son visage lorsqu’elle s’approchait de son mari en hurlant. «  C’était moi, oui, bien moi, Yuki-Onna, qui est venue à toi, et tua ton maître en silence. Ô déchet sans foi, sans parole, sans honneur. Tu as brisé le serment que tu avais fait, et si ce n’était pour nos enfants, je te tuerais sur le champ ! Souviens-toi, si un jour il venait à se plaindre de leur traitement, j’entendrais, et je viendrais alors, un jour où la neige tombe te tuer ! »

Puis Yuki-Onna, la dame des neiges, se transforma en un esprit blanc, et en hurlant et frissonant, passa au travers d’un trou de fumée, pour ne jamais revenir.


Source: F. Hadland Davis, Myths and Legends of Japan (London: G. G. Harrap and Company, 1913).
Traduit de l’anglais par https://lesitedujapon.com

 
Otaku Level 10, le monde Otaku.

About Shinal

A lire

Le chat vampire de Nabéshima

Le prince de Hizen, un membre distingué de la famille Nabeshima, s’épandait dans le jardin …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer