Récemment !

Les Yōkai

Les Yokai [Yōkai – 妖怪] sont des monstres ou créatures surnaturelles issues du folklore japonais. Le mot Yōkai signifie « esprits », « démon » ou encore « fantôme ».

La plupart des Yōkai sont hostiles envers les humains. Allant de l’espièglerie à la malveillance, certains même jusqu’à la mort de leur victime. Rencontrer un de ces démons est donc en général un mauvais présage, même si certains portent tout de même chance.

Les Yōkai existent depuis nombre d’années. On les retrouvait déjà représentés sur des toiles, estampes ou décrits dans des livres bien avant le Moyen Âge. Ils ont notamment été très populaire auprès des artistes peintres de l’ère Edo (1603-1868), période où l’on retrouve énormement de représentation de ses monstres. Encore de nos jours, ils inspirent beaucoup de personnes que ce soit dans la peinture, le manga, le jeu vidéo ou encore le cinéma. Le célébre film Princess Mononoke (Mononoke signifiant « chose étrange » et étant parfois utilisé comme autre mot pour Yōkai) des Studios Ghibli en fait grand usage.

Il existe plusieurs types de Yōkai. Les principaux étant :

  • les oni, une espèce d’ogre descendant des montagnes à la peau souvent rouge, marron ou noire avec une large bouche aux dents asserrées et deux cornes sur la tête.
  • les tengu, gobelins ayant une connaissances des arts martiaux ainsi que des pouvoirs surnaturels.
  • les animaux, comme les très connus tanuki (chien viverrin) et kitsune (renard).
  • les tsukumogami, qui ne sont nul autre que des objets, tels que qu’un luth, un parapluie ou encore une bouilloire, prenant vie lors de leur centième anniversaire.

Il existe également des légendes contant les transformations d’être humain en Yōkai après de fortes émotions comme de la jalousie extrême. Certains possèdent des attributs physiques, telle que la possibilité d’allonger leu cou à l’infini durant la nuit.

On retrouve les Yōkai dans des lieux divers et variés : en fôret, en ville, dans des maisons abandonnées, dans des lieux habités. Une légende dit qu’il est plus facile de les observer l’été car ils réaliseraient une sorte de procession. Il n’est donc pas étonnant que les japonais aient développé des moyens de s’en protéger. Le moyens le plus commun étant les ofuda, talismans de tissus, papier ou de bois où est inscrit un nom de divinité protectrice. Ils sont généralement placés à l’entrée des maisons ou des temples pour empêcher les esprits malveillants d’y entrer.

Il existe un nombre exorbitant de Yōkai, allant du plus sordide au plus grotesque. Voici donc une courte liste de Yōkai plus ou moins sympathiques.

Akaname : on le trouve seulement dans les salles de bain crasseuses où il passe son temps à lécher les salissures laissées par les propriétaires négligents.

Ashiarai yashiki : un pied gigantesque qui apparaît dans les pièces d’une maison et qui demande au propriétaire de le laver.

Hone-onna : très belle femme proposant de s’offrir aux hommes pour aspirer leur force vitale.

Kappa (ou kawatarō): diablotin des eaux avec une bouche en forme de bec et le sommet du crâne entouré de cheveux, ils ont pour activités de voler de la nourriture et de lâcher des pets dans les villages ainsi que de violer des femmes et de kidnapper des enfants pour souvent les noyers dans la rivière ou les dévorer. (Sympathique) A voir ici.

Kasa-obake : souvent repris dans les animés, ce Yōkai est un cyclope unijambiste en forme de parapluie. Il a également une bouche béante qui tire la langue. Plusieurs légendes existent autour de ce démon. Si vous voulez en savoir plus, Nautiljon a un article très détaillé sur celui-ci.

Voici une liste plutôte complète des noms de Yōkai connus.

Quel est votre Yōkai préféré ? Lequel voudriez vous voir partagé dans cette petite liste ?

 

Sources : Encyclopédie du Paranormal et Wikipédia

Comments

comments

Boutique-japon

About Sheya-chan

A lire

Les arbres et le Japon

Les arbres et le Japon ont une histoire véritablement lié. Au Japon, émanation de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *