Récemment !

Tsukumogami | Yokai

 
Temps de lecture : 7 minutes

Un tsukumogami (付喪神) est un esprit de 99 ans. Dans le folklore japonais, les objets vieillissent et lorsqu’ils atteignent l’âge de 100 ans, ils se transforment en un Yokai que l’on appelle un tsukumogami, devenant des obake ou bakemono, des monstres

Selon le Tsukumogami-emaki, les tsukumogami proviennent d’objets ou d’artéfacts qui ont fêté leur 100e anniversaire et qui prennent vie, parfois ils peuvent avoir un peu moins. Tout objet de cet âge, qu’il s’agisse d’une épée ou d’un jouet peut devenir un tsukumogami. Ils sont considérés comme des esprits et des êtres à part entière, et non comme des objets enchantés.

Il existe une multitude d’objet qui peuvent ainsi devenir des tsukumogami, et qui ont été traité : 

Abumi-kuchi provient d’un étrier

Il apparaît sous les traits d’un monstre dont la bouche est un étrier et les bras sont deux ponpons. Il était à l’origine l’étrier d’un commandant mort au combat qui l’a abandonné. Après cent ans, il s’est transformé là où il est tombé, et attend que son maître revienne le chercher. Il travaille pour Yama Orochi. 

Abumi-guchi par Toriyama Sekien dans “Gazu Hyakki Tsurezure Bukuro”

Bakefurugeta provient de vieilles geta en bois.

Bakezōri provient d’une sandale de paille

Pendant la nuit, il effraie les maisons habitées, en courant partout et en chantant continuellement : “Kararin, kororin, kankororin, managu mittsu ni ha ninmai !” – カラリン、コロリン、カンコロリン、まなぐ三つに歯二ん枚 – “Kararin, kororin, kankororin ! Ils ont trois yeux et deux dents !”. ainsi il se moque de ses “cousins”, les fameuses Geta dont il est potentiellement jaloux.

Bakezori dans le “Hyakki Yagyō Emaki”, période Muromachi

Biwa-bokuboku provient d’un Biwa.

Il s’agit d’un yokai anthropomorphe avec une tête de biwa qui porte un kimono de première qualité. Il s’anime la nuit et s’assoit calmement dans une pièce, chantant et tapant tout en déplorant la négligence de son ancien propriétaire.

 

Biwa-bokuboku par Toriyama Sekien dans “Gazu Hyakki Tsurezure Bukuro”

Boroboroton provient d’un futon. 

Le boroboroton est décrit comme un futon en lambeaux qui s’anime la nuit où il s’élève dans les airs et jette son ancien propriétaire hors du lit, puis commence à s’enrouler autour de sa tête et de son cou dans l’intention de l’étrangler.

Boroboroton par Toriyama Sekien dans “Gazu Hyakki Tsurezure Bukuro”

 

Chōchin-obake provient d’une lanterne. 

Comme ci-dessous dans le dessin de Hokusai, le chôchin obake est une lanterne de papier qui s’est fendu en deux, laissant apparaître une bouche, et qui a deux yeux. Bien qu’étant un monstre célèbre, il n’existe pas d’histoire connu à son sujet. 

“Oiwa-san” issu du “Hyakumonogatari” par Katsushika Hokusai

Furu-utsubo provient du carquois d’un archer tué. 

Hyōtan-kozō provient d’une calebasse

Il ressemble à un humain dont la tête est une calebasse (une ancienne gourde), il est habillé à la manière des moines.

Ijarokorogashi provient probablement d’une passoire au vue de son apparence. 

Ittan-momen provient d’un morceau de coton. 

Il est dit que le soir, un objet ressemblant à un tissu très long voltigeait autour des gens et les attaquait. Après s’être enrouler autour du cou des gens, il couvre leur visage et les étouffe ou que les tissus enveloppés tournent et tournent et volent rapidement, s’enroulant autour du corps des gens et les emportant dans les cieux.

représentation dans le “Hyakki Yagyō Emaki” par Tosa Mitsunobu

Dans certaines régions, les enfants étaient prévenus que si il jouait jusqu’à tard, le “ittan momen viendrait les chercher”. 

Ichiren-bozu provient d’un bracelet de prière. 

Ichiran Bozu
Vue d’artiste par flippabotamatic

Jatai provient d’un Obi

Kameosa provient d’une vieille jarre. 

A l’apparence effrayante, avec son visage fissuré et ses poils nombreux, le kameosa dispose en réalité d’eau ou de sake à volonté dans sa jarre qui s’écoule continuellement. Il est donc plus bénéfique que l’inverse. 

Kasa-obake provient d’une ombrelle ou d’un parapluie. 

Par Yoshikazu

Kosode-no-te provient d’un kimono à mange courte

Détenu par des prostitués, il y a deux explications  quand à leur apparition. L’origine la plus connue est qu’à la mort de la prostituée, son kimono est donné à un temple selon la tradition pour payer ses obsèques. Si des clients lui doivent de l’argent, son esprit peut alors prendre possession du kimono pour aller harceler les mauvais payeurs. Une autre origine, vient du fait que le kimono soit vendu au lieu d’être donné à un temple comme le veut la tradition. Si l’esprit de la défunte n’a pas pu passé correctement au Nirvana, le paradis bouddhiste, elle peut revenir hanté son ancien kimono. 

Kosodenote par Masamuni

Koto-furunushi provient d’un koto

Au IIe siècle après JC, l’empereur d’alors offrit un koto enchanté à la ville de Kanzaki. Ce dernier se transforma en un camphrier légendaire dont sortait une apaisante musique. Bien des années plus tard, et disparu, il est dit que le fantôme de ce camphrier peut prendre possession des vieux koto, et ainsi les animer. 

Kurayarō – provient d’une selle de cheval

Le plus fameux kurayarô appartenait à Kamata Masakiyo, serviteur de Minamoto no Yoshitomo qui fût trahit par un allié et perdu la vie. Fou de rage, sa colère se transposa sur sa selle après sa mort. Cette dernière ramassant un bâton et les armes qui appartenaient à son maître pour combattre tout ce qui bougeait. 

Kyōrinrin provient d’un papier ou d’un rouleau de papier

Formé à partir d’anciens parchemins, livres et écritures qui ont été laissés non étudiés par leurs propriétaires et qui prennent la poussière. Les Kyōrinrin sont souvent extravagants. Ils se décorent des volumes et des parchemins les plus ornés, les portant comme un kimono. Un rouleau avec des glands devient la coiffe, et ils développent des becs semblables à ceux des oiseaux et de longs bras extensibles.

Menreiki une créature formée de 66 masques

Il est dit que le prince Shotoku aurait créé plusieurs masques Gigaku qui ont été utilisés par Hata no Kawakatsu, et que le Menreiki est basé sur ces masques.

Minowaraji provient d’un mino ( une veste en paille )

Mishigê d’une provient spatule à riz

Morinji-no-okama ou zenfushō d’une théière

L’esprit d’une théière a été personnifié dans le conte japonais célèbre Bunbuku Chagama.

Nabigê provient d’une louche

Narikama provient d’une vieille bouilloire

Nyūbachibō provient d’un mortier

Nyoijizai provient du bâton d’un moine

Yokai particulièrement utile puisque son seul pouvoir est de gratter le point de démangeaison dans votre dos que vous n’arrivez pas à atteindre.

Shamichoro provient d’un shamisen

Shirouneri provient d’une moustiquaire

Shōgorō  provient d’un gong

Suzuri no Sei provient d’un encrier

Suzuri-no-tamashii provient d’une pierre à encre

il est représenté dans le Konjaku hyakki shūi (今昔百鬼拾遺) , troisième livre de l’artiste japonais Toriyama Sekien de la série Gazu hyakki yagyō, publié vers 1781.

 

Ungaikyō provient d’un miroir

Yama-oroshi provient d’une rape à radis

Zorigami provient d’une horloge

 

 

Cet article vous a plu ? 

 

0 / 6 6

About Shinal

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.